#Occupetoi Confinement – Jeu 9 Anacrostiche Scrabble

Cette pause donne du temps pour créer, ça fait plaisir.

Voilà un nouveau jeu, dans la même veine que l’anacrostiche naval. Une pure création à partir d’un jeu connu de tous mais toujours sur les bases pédagogiques de nos jeux habituels. Ce jeu a été décliné en 5 variantes. Il peut donc être rejoué plusieurs fois avec des façons et objectifs différents à chaque fois.

L’anacrostiche simple est un de nos jeux que l’on utilise fréquemment dans nos ateliers pour mettre en lien les participants en leur donnant la possibilité de valoriser et de l’être en retour. C’est parfois même un moyen d’ouvrir le bal à une journée de réflexion stratégique comme pour GEMO par exemple

Il va demander de la réflexion et en même temps le jeu a pour bénéfice de favoriser la créativité et la reliance dans les souvenirs communs.

On ne débute pas nos ateliers avec ce type d’ice breaker de façon hasardeuse. T’imagines bien qu’on y a réfléchit. L’expérimentation et l’apprentissage sont biologiquement récompensés. Cela active un circuit du système neuronal et le renforce. D’où l’importance du jeu.

A quoi sert de valoriser autrui ?

Valoriser active le système de récompense et il est intéressant car il fait jouer un grand rôle à l’ocytocine que nous libérons. Ocytocine, aussitôt bien, pourrait-on dire. Très connue pour sa grande présence chez les parents qui viennent d’avoir un bébé, ce n’est pas juste “l’hormone de l’amour”. Elle procure du bien être tout au long de notre vie. On en sécrète dès qu’une relation est satisfaisante aidant à lier les êtres humains. Egalement, quand nous sommes valorisés ou que nous valorisons quelqu’un entre autre. En effet, elle régule la dopamine puis l’endorphine, responsable de la motivation. On s’aime, on a confiance en soi, on est motivé, pour schématiser. Donc, quand les relations sont satisfaisantes parce que l’on sait valoriser et remercier l’autre pour ce qu’il est, ses actions, on active le système de motivation/ récompense. Valoriser tes collaborateurs, ce qu’ils font dans l’entreprise ou dans ta vie, crée une relation de confiance. C’est ce qui motive. Donnant ainsi de l’élan à celui ou celle qui reçoit, toute cette chimie produite dans le cerveau est la porte ouverte au plaisir, à l’initiative et à la créativité.

Les mauvais choix

La tentation serait grande dans ce cas de mettre en place une récompense motivée par des objectifs, comme beaucoup d’entreprise le font. C’est sans compter sur l’effet délétère du stress dans ce cas précis. Car ce type de situation entraîne un stress sur une longue période. Ce n’est pas juste le shoot d’adrénaline d’une journée. Les objectifs en entreprise sont très souvent sur du long terme. Ce qui entraîne la sécrétion de cortisol. Agissant ainsi sur l’amygdale dont le rôle est de détecter tout ce qui nous met en danger. Endommage des neurones de l’hippocampe au passage ou si ça se prolonge beaucoup trop, en détruit, freinant ainsi l’apprentissage, altérant les relations sociales et sur le long terme génère des conséquences sur la mémoire.

La récompense sociale et l’expertise de ses collaborateurs sont donc à privilégier. D’où la suggestion de baser les relations sur la confiance et non les objectifs. Les objectifs, doivent juste être un moyen parmi d’autres d’atteindre la vision et le sens sur un cap que donne l’entreprise.

Entraine toi

Si le cerveau t’intéresse, on te conseille le passionnant livre de poche du Dr Catherine Gueguen “Pour une enfance heureuse”. Il explique très clairement et vulgarise le fonctionnement du cerveau de sa création à la naissance et son évolution jusqu’à l’âge adulte.

Jouer à ce type de jeu augmente ta capacité à voir ce qui est constructif, ce qui est beau, ce qui te relie à l’autre. Cela permet ainsi de penser “solution” plutôt que “Mais pourquoi t’as fais ça ?”

Si t’as envie d’y jouer, Coézi te propose de télécharger les règles du jeu ci dessous.